L’appel de Michel Pezet, Christophe Masse et Marie-Arlette Carlotti :

à lire ici http://www.clarte-courage-creativite-paca.com

A l’issue de notre Congrès nous ne sommes pas fiers de l’

image que nous avons donnée aux Français.

Jeudi prochain pourtant chaque militant va pouvoir par son vote redonner un avenir au PS.

J’

ai soutenu la motion conduite par Bertrand DELANOË.

Jeudi prochain je voterai pour Martine AUBRY.

Ensemble nous défendons un réformisme résolument marqué à gauche, une stratégie d’alliance qui ne laisse pas croire que la droite et la gauche c’

est la même chose, un Parti Socialiste fort, cohérent, solidaire et crédible. Un parti de militants, rénové dans ses cadres et dans ses pratiques.

J’appelle tous mes camarades à voter pour Martine AUBRY parce qu’

elle incarne ce socialisme là. Pour que vive le Parti Socialiste.

Marie-Arlette Carlotti

Cher-e camarade,
Le congrès de Reims n’a pas permis à notre Parti de s’unir autour d’une ligne politique majoritaire. Je le regrette profondément tout comme je regrette l’image que nous avons offerte aux Français. Pour notre part, membres de la motion A, nous souhaitions un rassemblement avec les motions D et C dont nous aurions voulu déduire une candidature. En dépit de nos efforts réels et sincères, cela n’a malheureusement pas pu aboutir.
Plus que jamais, nous considérons que les Français ont besoin d’un instrument capable de proposer des réponses opérationnelles à leurs souffrances sociales, à leur perte de confiance et de repères, et à ce qu’ils éprouvent face à une politique gouvernementale brutale et injuste.
Notre responsabilité est donc immense. Jeudi soir, chaque militant est en effet appelé à s’exprimer, par son vote, sur ce qui est l’enjeu décisif de ce scrutin, comme l’ont démontré les principaux discours prononcés à Reims : l’identité même du Parti socialiste.
Au nom de mes convictions politiques, j’ai donc décidé de soutenir la candidature de Martine Aubry et j’appelle à voter massivement en sa faveur.
J’entends, à l’avenir, défendre plus que jamais, les principes qui fondent mon engagement, au service d’une efficacité de gauche : un projet progressiste, écologiste, dédié à la justice sociale ; un idéal européen assumé, qui nous conduise à travailler, vraiment, avec nos amis sociaux démocrates afin de trouver ensemble un débouché de gauche à la crise actuelle ; une stratégie d’alliances claire, qui implique de s’ouvrir à toutes les formations de gauche, mais à rejeter l’ambiguïté d’alliances avec un parti qui se refuse à différencier la droite de la gauche.
Dans les circonstances graves qu’affrontent notre parti et notre pays, il faut choisir.
De ce vote dépend manifestement l’avenir et la conception même du Parti socialiste.
En toute amitié, mais avec l’intensité liée à ce moment, je souhaite te convaincre de voter au nom d’

une certaine idée du socialisme.

Bertrand Delanoë

Pendant le temps du débat sur les contributions, beaucoup de choses se sont dites sur le profil et le rôle du futur Premier secrétaire. Curieusement, venu le temps des motions et donc celui du choix par les militants, c’est à peine si cette question, majeure, n’est pas devenue un tabou. Elle est pourtant bien au cœur du choix des militants, dès le vote du 6 novembre sur les motions. Car l’élection d’un premier secrétaire n’a de sens qu’en lien avec une motion.

C’est pourquoi nous avons fait le choix de la transparence et de la clarté, y compris en ce qui concerne le candidat à la fonction de premier secrétaire.

Les signataires de la motion A se sont rassemblés autour de deux idées claires sur ce point (Page 27) :

1. « Nous avons besoin d’un Premier secrétaire fort, légitime, qui soit aussi le leader de l’opposition, le premier et le meilleur opposant à N. Sarkozy. Il ne peut donc pas être un simple point d’équilibre, le produit d’obscurs arrangements internes. Il doit être l’animateur qui a l’expérience et le sens du travail collectif pour faire exister une véritable direction et pour faire travailler TOUS les socialistes ensemble une fois les orientations tranchées. Nous voulons que le Parti socialiste soit dirigé par un militant, engagé dans ses instances, qui s’implique dans ses débats, qui sache organiser la réflexion, choisir et arbitrer, qui sache faire travailler les adhérents, qui les respecte.
2. « Le leadership dont nous avons besoin est celui du Parti. Il commence maintenant, en 2008. Il n’a donc rien à voir avec la question du futur candidat à l’élection présidentielle ».

Face à Sarkozy, à Bayrou, à Besancenot, qui tous misent sur notre échec, nous avons la responsabilité de sortir du congrès avec un dispositif de direction clair, fort, cohérent. Ce n’est pas par des stratégies d’empêchement, d’arrangement, ou d’attente que nous y parviendrons.

Nous avons besoin d’un chef d’équipe qui sache remettre le parti au travail, et qui saura l’incarner avec force comme leader de l’opposition.

Nous avons besoin d’un premier secrétaire qui connaisse et aime le parti socialiste, qui soit préparé à le diriger et qui dispose dores et déjà de la crédibilité nécessaire auprès des Français pour le représenter.
Maire de la plus grande ville de France qu’il a conquise sur la droite, refusant le cumul des mandats y compris dans le temps, il a su rassembler toute la gauche et tous les socialistes, même ceux qui l’avaient combattu au moment de la désignation. Pour mettre en œuvre une politique de progrès social, qu’il s’agisse du logement social, des transports, des services publics, de la municipalisation de l’eau, il a su faire gagner les alliances à gauche et rien qu’à gauche.

Bertrand Delanoë n’a pas cherché à écarter certains responsables de l’équipe municipale ou à faire pression sur eux parce qu’ils ne signent pas la même motion que lui dans le congrès. On aimerait voir une telle attitude dans toutes les collectivités locales de ceux qui se prétendent porteurs de la rénovation. Dans sa fédération, les votes ne sont pas verrouillés ; les militants sont libres et l’on n’a pas recours aux pratiques des votes « massifs » sur une seule motion.

Par son expérience et son parcours militant, Bertrand Delanoë incarne l’ambition que nous devons avoir pour redynamiser le Parti. Il est porteur d’une orientation assumée et cohérente. Il aime le débat mais il a aussi l’autorité nécessaire pour faire respecter les décisions collectives et d’abord celles des militants.

Voilà pourquoi nous souhaitons qu’il soit le prochain premier secrétaire du parti socialiste.

Je soutiens Clarté, Courage, Créativité

Le Congrès de Reims doit permettre aux militants de se saisir des grands choix que nous avons à opérer pour remettre le parti en ordre de marche, pour lui permettre d’être d’ores et déjà une opposition efficace et préparer un projet ambitieux et crédible pour que la gauche gagne en 2012.

A moins d’un mois du choix que chaque militant devra faire, Bertrand Delanoë nous parlera de son engagement en tant que premier signataire de la Motion A – Clarté Courage Créativité : Une gauche conquérante pour redonner un espoir à la France.

Bertrand DELANOE à Marseille
Fédération du Parti Socialiste
Mercredi 22 octobre 2008 à 18h30
58, rue Montgrand – 13006 Marseille

Entrée libre

Cher(e)s camarades, cher(e)s ami(e)s,

Kader ARIF, Député Européen, Secrétaire national aux Fédérations présentera la Motion A – Clarté, Courage, Créativité : Une gauche conquérante pour redonner un espoir à la France, dont le 1er signataire est Bertrand Delanoë.

Ce sera l’occasion de débattre des points qui font consensus et des points qui font divergences dans les différentes motions présentées lors du Congrès de Reims.

Kader ARIF saura te convaincre que notre motion, qui porte toute l’histoire collective de notre parti, est aussi celle qui fait des propositions nouvelles pour que vive la gauche.

SOIREE de PRESENTATION des MOTIONS

le Jeudi 16 octobre 2008 à 18h30

Fédération du Parti Socialiste des Bouches du Rhône
58, rue Montgrand – 13006 Marseille

Rappel : Bertrand Delanoë sera à Marseille le 22 octobre prochain.

Téléchargez un argumentaire (4 pages) pour comprendre et défendre la motion A « Clarté, Courage, Créativité : Une gauche conquérante pour redonner un espoir à la France ».

Téléchargement du document (88 Ko)

Le 3 octobre dernier, à l’invitation de la section Aix-Ouest du Parti Socialiste, Daniel Vaillant et Alain Bergounioux ont été accueillis dans les Bouches-du-Rhône.

Aux côtés de Marie-Arlette Carlotti, Michel Pezet, Jean-Louis Joseph, de nombreux élus et militants, ils se sont retrouvés pour présenter la démarche engagée autour de la motion « clarté courage créativité : une gauche conquérante pour redonner un espoir à la France » portée par Bertrand Delanoë.

Cliquez sur « Read the rest of this entry » pour lire l’article paru dans La Provence…

Lire la suite »

Marie-Arlette CARLOTTI a présenté à la Fédération du Parti Socialiste des Bouches-du-Rhône, la motion de Bertrand Delanoë, le vendredi 19 septembre 2008.
Voici son intervention :

J’interviens ici au nom de la contribution « Clarté, Courage, créativité ».
Cette contribution j’y ai pris ma part mais surtout elle a été rédigée grâce à un travail collectif très important.

Aujourd’hui autour de notre contribution, nous avons déjà permis que se constitue quelque-chose de neuf : un rassemblement nouveau.

Notre contribution est en effet la seule à avoir, d’ores et déjà, réuni des militants aux parcours divers, venant de courants différents dans le parti. Mais qui ont su laisser derrière eux leur histoire politique personnelle pour travailler ensemble autour d’une proposition cohérente qui couvre l’ensemble des grandes questions au cœur de notre Congrès : l’orientation rénovée du Parti Socialiste, la stratégie et les alliances, la conception du parti et enfin celle du leadership.
Car jamais la question du leadership ne s’est faite autant ressentir.
C’est-à-dire d’un premier secrétaire qui soit un vrai chef de l’opposition, capable de faire travailler notre famille politique et de la remettre en mouvement pour préparer la victoire de 2012.
Car il nous faudra travailler ensemble après le Congrès pour élaborer notre programme.

Notre contribution a vocation à devenir une motion.

Le 23 septembre, c’est Bertrand Delanoë qui sera le premier signataire d’un texte qui portera une orientation politique claire.
Et c’est Bertrand Delanoë qui, sur cette base politique, sera candidat au poste de Premier Secrétaire.
Ainsi nous optons pour la transparence en présentant aux militants une orientation politique et celui qui va la mettre en œuvre.

Nous allons continuer à débattre en privilégiant le fond, le contenu, les propositions concrètes pour élargir ce rassemblement et créer une dynamique majoritaire. Car il nous faut absolument donner à notre parti un pôle central pour lui assurer une stabilité et la dynamique nécessaire, pour éviter la fragmentation, la dispersion et l’émiettement qui nous ont fait si mal et encore récemment à la Rochelle.

Nous travaillons donc dans un esprit constructif, sans dénigrement ni insultes personnelles, dans le respect de tout le monde. Mais en disant clairement que nous refusons les rapprochements artificiels, les tractations secrètes, les coalitions éphémères.

Nous ne voulons pas perdre de vue le véritable enjeu du Congrès de Reims.
Dans un contexte de grande souffrance sociale, nous devons être à la hauteur de l’attente des Français. C’est à eux avant tout, à qui nous devons nous adresser.
Nous devons leur montrer l’image d’un PS capable de jouer pleinement son rôle d’opposition, qui sache dessiner une alternative novatrice, audible et crédible à l’actuelle politique du gouvernement.

Au plus haut niveau de nos préoccupations : La question sociale.

Certes la crise actuelle est mondiale mais elle frappe davantage la France parce que notre pays est mal gouverné.
Le moral des français n’a jamais été aussi bas depuis 20 ans !
Ils sont inquiets pour leur retraite, leur couverture sociale, leur pouvoir d’achat.
Notre commerce extérieur est en déficit de 40 milliards d’€ (alors que l’Allemagne a dégagé un excédent de 200 milliards d’€ en 2007).
Pour la première fois depuis 30 ans, notre économie a détruit (au 2ème trimestre) plus d’emploi qu’elle n’en a créé.
Et 1,3 millions de salariés sont contraints au temps partiel, beaucoup ont recours aux banques alimentaires pour finir le mois.

La question sociale est lancinante.
Lire la suite »

Notre travail collectif a déjà permis que ce constitue quelque chose de neuf, un rassemblement nouveau qui fédère des camarades venus de courants différents. D’ores et déjà nous devons tous être mobilisés pour présenter notre motion dont Bertrand Delanoë est le premier signataire et qui porte une orientation claire : réformiste, européenne et de gauche.

Nous aurons le plaisir de retrouver à Marseille le premier signataire de la motion, Bertrand Delanoë lors d’une rencontre le 22 octobre prochain.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.